1 - 2 - 3 - 4 - 5

huile cannabis cbd contre le diabete

Cannabis et diabète


Pendant longtemps, on a supposé qu’il y avait un lien entre le cannabis et le diabète, et il est bien connu que les cannabinoïdes ont un effet sur le taux de glycémie et le système digestif. Une nouvelle étude a constaté que les consommateurs de cannabis ont moins de risque de développer un diabète de type 2, qui affecte plus de 300 millions d’individus dans le monde et constitue 90 % de tous les cas de diabète.

Qu’est-ce que le diabète ?

 

Le diabète sucré est une maladie chronique dans laquelle les taux de glycémie sont constamment élevés si aucun traitement n’est appliqué. Cela est dû soit à l’incapacité du pancréas de produire des quantités suffisantes d’insuline, l’hormone permettant d’assimiler le sucre (diabète de type 1, se manifestant généralement dès l’enfance), soit à l’incapacité des cellules à réagir à l’insuline produite (diabète de type 2, appelé autrefois diabète de l’adulte). Cette incapacité est désignée comme résistance à l’insuline.

 

Les deux diabètes de type 1 et de type 2 sont des maladies chroniques n’ayant pas de remède connu. L’insuline et divers autres médicaments peuvent aider à maîtriser et gérer les symptômes au jour-le-jour, mais il peut y avoir des complications, même lorsque l’hygiène de vie du patient et le régime de traitement sont bien gérés.

Ces complications peuvent consister en des lésions des nerfs périphériques et des vaisseaux sanguins, des lésions de la rétine entraînant une réduction de la vision et des lésions des reins nécessitant fréquemment une dialyse. Les vaisseaux artériels sont aussi affectés par le diabète et les patients ont deux fois plus de risque de souffrir d’une maladie cardiovasculaire que des individus en bonne santé.

 

cannabis et diabete

acheter des graines de cannabis en ligne seedman

cannabis medical

Diabète, cannabis et résistance à l’insuline

 

Dans le diabète de type 2, les taux d’insuline dans le sang peuvent être anormalement élevés, car (contrairement au diabète de type 1) le pancréas produit de l’insuline, mais les cellules sont incapables de l’assimiler. On pense que le diabète de type 2 est causé par divers facteurs, les plus connus étant une mauvaise hygiène de vie et l’obésité, mais aussi par une prédisposition génétique.

Cependant, des recherches récentes menées par des scientifiques à l’Université de Californie et à l’Université de Stamford ont indiqué que la disponibilité des sucres ajoutés a une incidence directe sur le risque de développer un diabète de type 2, indépendamment de tous les autres facteurs.

 

 


cannabis medical banner toutes informations sur les maladies et cannabinoides

Dans une étude menée aux USA publiée en mai de cette année, des chercheurs ont découvert que les taux de résistance à l’insuline et taux d’insuline à jeun (mesurés après 9 heures de jeûne) étaient respectivement 17 % et 16 % plus bas chez les consommateurs passés et présents de cannabis que chez les non-consommateurs. On a aussi remarqué que les consommateurs de cannabis avaient tendance à avoir des tours de taille plus petits — ces deux constatations pouvant apparaître a priori comme venant contredire les relations établies précédemment entre le cannabis et l’absorption de calories. Le mécanisme selon lequel ce processus en apparence contradictoire se manifeste n’est pas entièrement élucidé, bien qu’on pense que le cannabidiol puisse y jouer un rôle important.

Le cannabidiol est un antagoniste du récepteur CB, dont il a été démontré qu’il jouait un rôle crucial dans la régulation de l’obésité (ainsi, des souris dont les récepteurs CB₁ ont été artificiellement inactivés résistent à une obésité provoquée, liée à l’alimentation). Un antagoniste se lie à un récepteur mais ne provoque pas de réaction métabolique ; il a été démontré que le rimonabant, antagoniste synthétique des récepteurs CB₁, provoque une augmentation de la sensibilité à l’insuline, et l’on pense que le cannabidiol peut avoir une influence similaire et expliquer les taux plus bas de résistance à l’insuline chez les consommateurs de cannabis.


 

Cannabis et douleurs neuropathiques

La neuropathie périphérique — lésion des nerfs du système nerveux périphérique — est l’un des effets secondaires les plus fréquents du diabète. La neuropathie peut se manifester comme une faiblesse, une perte de sensation, des mouvements involontaires tels que tressaillements, ainsi que par des sensations de brûlure, d’engelure ou d’autres formes de douleur extrême. Généralement, la neuropathie peut aussi conduire à l’allodynie, une sensation de douleur provoquée par un stimulus qui ne provoque normalement pas de douleur, et dans les cas graves, le taux de croissance des tissus nerveux peut être ralenti ou même stoppé.

Il a été démontré que le cannabis a une influence significative sur la neuropathie liée au diabète. Une étude datant de 2009 a constaté que chez les rats, un traitement répété avec un extrait de cannabis avait un effet significatif sur l’allodynie liée au diabète et rétablissait une perception thermale normale, de sorte que des sensations de chaleur n’étaient plus ressenties comme des brûlures. On a également constaté que, suite au traitement, les taux de croissance des nerfs étaient redevenus normaux.

Dans les foies d’individus diabétiques, les taux d’un antioxydant connu sous le nom de glutathion sont plus bas que chez des individus en bonne santé ; certains diabétiques prennent des suppléments à base de glutathion (ou ses prédécesseurs, cystéine et glycine) afin d’augmenter sa présence dans le foie. Cette étude indique que l’extrait de cannabis augmente les taux de glutathion et réduit le taux de peroxydation lipidique dans le foie (la dégradation oxydative des lipides dans les membranes des cellules laquelle, sur le long terme, peut endommager les tissus du foie). Par conséquent, les chercheurs en ont conclu que le cannabis protège contre la lésion oxydative entraînant une neuropathie.

Cependant, la relation entre la consommation de cannabis et la neuropathie chez les humains nécessite d’autres recherches. En 2009, un essai clinique à double insu portant sur l’efficacité du Sativex comme traitement de la neuropathie liée au diabète a montré que la médication à base de cannabis était plus efficace qu’un placebo pour réduire les symptômes de douleur.

 


Diabète et drogues illicites

Bien que certaines études aient montré que les diabétiques utilisent plutôt moins souvent des drogues illicites que le reste de la population, ceux qui le font peuvent mettre leur santé en danger là où le reste de la population n’a généralement pas à tenir compte de ces risques. On estime non seulement que certaines drogues illicites (en particulier la cocaïne, les opiacés et l’ecstasy) peuvent augmenter le risque de coma diabétique, mais que les individus qui consomment couramment des drogues illicites sont généralement considérés ne pas disposer du contrôle de soi nécessaire pour suivre correctement leurs traitements.

Bien qu’il n’ait pas été constaté que le cannabis provoque des effets négatifs allant au-delà de ceux déjà ressentis par les diabétiques, il y a une plus grande probabilité que les consommateurs utilisent aussi d’autres drogues illicites plus dangereuses dans les régions où l'usage du cannabis est illégal. Si le cannabis est efficace contre certains symptômes du diabète, il est d’autant plus important de légaliser et réguler sa consommation de sorte qu’elle puisse faire partie d’un programme de traitement justifié, et de le distinguer d’autres drogues illicites en reconnaissant qu’il est bien moins préjudiciable.

Source : Sensi Seeds

 

Pour plus information sur cannabinoïdes clic ici

 

Intéressé par des variétées medicinales clic ici

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    louloutre2@hotmail.com (vendredi, 22 novembre 2013 22:16)

    je comprends de mieux en mieux pourquoi j'ai la taille fine...(par rapport à mon physique s'entend)!ç!!

«- Cannabis Medical  

 

 

«- Accueil    

 

 

«- Boutique



1 - 2 - 3 - 4 - 5